Présentation du genre

Le western européen a été le genre cinématographique le plus méprisé par la critique spécialisée. A l’opposé, le public lui a fait de beaux jours pendant plus d’une décennie. Une des raisons du succès du western européen correspond aux préoccupations d’une époque : le milieu et la fin des années soixante, les bouleversements de 1968, où toute une jeunesse se révolte contre la société de « papa », la prise de conscience du tiers-monde, la dénonciation des dictatures en Amérique Latine. Puis, au cours des années soixante-dix, l’Italie prise dans la tourmente du terrorisme, des problèmes de mafia et de corruption du pouvoir politique. Pour les très jeunes cinéphiles des cinémas de quartier d’alors, les westerns iconoclastes venus d’Italie remettaient en question la chanson de geste de l’Ouest américain mythifié par le western hollywoodien classique. Dégagés de la tutelle de leurs aînés d’outre-Atlantique, grâce à la démarche critique effectuée par Sergio Leone, les cinéastes européens, et plus spécifiquement les Italiens, ont créé le seul genre parricide de l’histoire du cinéma en le dotant d’un nouveau code moral. La Commedia dell’arte, le mélodrame populaire, la tragédie grecque, l’opéra, les marionnettes siciliennes, le roman picaresque alimentent le mythe de l’Ouest et en offrent une lecture désenchantée où la perte de l’innocence fait place à une « quête désespérée d’un terrain où survivre ».

Tous les films du genre

1913 La Vampire indienne de Roberto Roberti
1957 A main armée de Jack Lee
1958 Serenade au Texas de Richard Pottier
1961 Le cavalier noir de Roy Ward Baker
1961 Dynamite Jack de Jean Bastia
1962 Le Chevalier des Outlaws de Michael Carreras
1962 Le trésor du lac d’argent de Harald Reinl
1962 Due contro Tutti de Alberto De Martino
1963 La griffe du coyote de Mario Caiano
1963 Le Jaguar de Jess Franco
1963 L’invincible cavalier masqué de Umberto Lenzi
1963 Duel au Texas de Roberto Blasco
1963 Les trois implacables de Joaquin Luis Romero Marchent
1964 Parmi les vautours de Alfred Vohrer
1964 Les terreurs de l’ouest de Marino Girolami
1964 Le trésor des montagnes bleues de Harald Reinl
1964 L’attaque de Fort Grant de José Maria Elorrieta
1964 L’ange noir du Mississipi de Ramon Torrado
1964 Duel à Rio Bravo de Tulio Demicheli
1964 Les cavaliers rouges de Hugo Fregonese
1964 Massacre au Grand Canyon de Albert Band et Sergio Corbucci
1964 Billy le Kid de Leon Klimovsky
1964 La tumba del pistolero de Amando De Ossorio
1964 La chevauchée vers Santa Cruz de Rolf Olsen
1964 La révolte des indiens apaches de Harald Reinl
1964 Joe Limonade de Oldrich Lipsky
1964 Et pour un whisky de plus de José Luis Borau et Mario Caiano
1964 Mon colt fait la loi de Mario Caiano
1964 Arizona Bill de Mario Bava
1964 Sept du Texas de Joaquin Luis Romero Marchent
1964 Le justicier du Minnesota de Sergio Corbucci
1965 Yankee de Tinto Brass
1965 Le dernier des mohicans de Mateo Cano
1965 Django le proscrit de Maury Dexter
1965 Buffalo Bill, le héros du Far-West de Mario Costa
1965 Les aigles noirs de Santa Fé de Ernst Hofbauer et Alberto Cardone
1965 Per un pugno nell’occhio de Michele Lupo
1965 L’assaut du Fort texan de Alberto De Martino
1965 Le Ranch de la vengeance de Rolf Olsen
1965 El charro de las calaveras de Alfredo Salazar
1965 Le dollar troué de Giorgio Ferroni
1965 L’appât de l’or noir de Harald Philipp
1965 Les pirates du Mississipi de Jürgen Roland
1965 Le massacre d’Hudson River de Amando De Ossorio
1965 100.000 dollars pour Ringo de Alberto De Martino
1965 Viva Maria ! de Louis Malle
1965 Un pistolet pour Ringo de Duccio Tessari
1965 Le retour de Ringo de Duccio Tessari
1965 Un mercenaire reste à tuer de Giovanni Grimaldi
1965 … Et pour quelques dollars de plus de Sergio Leone
1965 Un cercueil pour le shérif de Mario Caiano
1965 Les forcenés de Alfredo Antonini
1966 Un dollar entre les dents de Luigi Vanzi
1966 Texas Adios de Ferdinando Baldi
1966 Ringo contre Jerry Colt de Tanio Boccia
1966 Les 7 écossais explosent de Franco Giraldi
1966 Le temps du massacre de Lucio Fulci
1966 lanky, l’homme à la carabine de Tonino Valerii
1966 La vengeance de Ringo de Mario Caiano
1966 Johnny Yuma de Romolo Guerrieri
1966 Gringo joue sur le rouge de Alberto Cardone
1966 Du sang dans la montagne de Carlo Lizzani
1966 Dieu est avec toi Gringo de Edoardo Mulargia
1966 7 colts du tonnerre de Romolo Girolami
1966 Trois pistolets contre César de Enzo Peri
1966 Les tueurs de l’ouest de Eugenio Martin
1966 Sept écossais au Texas de Franco Giraldi
1966 Les dollars du Nebraska de Amerigo Anton et Mario Bava
1966 L’aventure sauvage de Sidney Hayers
1966 Django de Sergio Corbucci
1966 Ringo au pistolet d’or de Sergio Corbucci
1966 Arizona Colt de Michele Lupo
1966 Quelques dollars de plus de Leon Klimovsky
1966 Trois cavaliers pour Fort Yuma de Giorgio Ferroni
1966 Mon nom est Pécos de Maurizio Lucidi
1966 100.000 dollars pour Lassiter de Joaquin Romero Marchent
1966 Django tire le premier de Alberto De Martino
1966 Navajo Joe de Sergio Corbucci
1966 Colorado de Sergio Sollima
1966 I Due Figli di Ringo de Giorgio Simonelli et Giuliano Carnimeo
1966 El Chuncho de Damiano Damiani
1966 Le Bon, la Brute et le Truand de Sergio Leone
1967 Un colt dans le poing du diable de Sergio Bergonzelli
1967 Un cheval, un homme, un pistolet de Luigi Vanzi
1967 Tire si tu veux vivre de Sergio Garrone
1967 T’as le bonjour de Trinita de Ferdinando Baldi
1967 Wanted de Giorgio Ferroni
1967 Quand l’heure de la vengeance sonnera de Riccardo Freda
1967 Profesionnels pour un massacre de Nando Cicero
1967 Les colts de la violence de Alberto Cardone
1967 Dieu ne paie pas le samedi de Tanio Boccia
1967 Le temps des vautours de Romolo Guerrieri
1967 Le dernier tueur de Giuseppe Vari
1967 Johnny le bâtard de Armando Crispino
1967 Giarrettiera colt de Gian Rocco
1967 Furie au Missouri de Alfonso Brescia
1967 Due rrringos nel Texas de Marino Girolami
1967 Django le taciturne de Massimo Pupillo
1967 Dieu les crée, moi je les tue de Paulo Bianchini
1967 Clint l’homme de la vallée sauvage de Alfonso Balcazar
1967 Cjamango de Edoardo Mulargia
1967 Chacun pour soi de Giorgio Capitani
1967 Ballade pour un pistolero de Alfio Caltabiano
1967 Adios hombre de Mario Caiano
1967 A Ghentar le mort est facile de Leon Klimovsky
1967 2 pistolets pour un lâche de Giorgio Ferroni
1967 Quand les vautours attaquent de Nando Cicero
1967 Les sentiers de la haine de Marino Girolami
1967 Le jour de la haine de Giovanni Fago
1967 Gentleman Killer de Giorgio Stegani
1967 El desperado de Franco Rossetti
1967 Les cruels de Sergio Corbucci
1967 Adios Gringo de Giorgio Stegani
1967 Joe l’implacable de Antonio Margheriti
1967 Les longs jours de la vengeance de Florestano Vancini
1967 Un doigt sur la gâchette de Gianni Puccini
1967 Calibre 32 de Alfonso Brescia
1967 Tire encore si tu peux de Giulio Questi
1967 Le retour de Django de Osvaldo Civirani
1967 El Cisco de Sergio Bergonzelli
1967 El magnifico extranjero de Jus Addiss et Herschel Daugherty
1967 Haine pour haine de Domenico Paolella
1967 Killer Kid de Leopoldo Savona
1967 Bandidos de Massimo Dallamano
1967 Trois salopards, une poignée d’or de Maurizio Lucidi
1967 7 winchester pour un massacre de Enzo G. Castellari
1967 Dieu pardonne… moi pas ! de Giuseppe Colizzi
1967 Custer, l’homme de l’Ouest de Robert Siodmak
1967 Le dernier face à face de Sergio Sollima
1967 Non aspettare Django, spara de Edoardo Mulargia
1967 Le dernier jour de la colère de Tonino Valerii
1968 Un par un… sans pitié de Rafael Romero Marchent
1968 Un colt et le diable de Marino Girolami
1968 Tue et fais ta prière de Carlo Lizzani
1968 Sonora de Alfonso Balcazar
1968 Sentence de mort de Mario Lanfranchi
1968 Sartana de Gianfranco Parolini
1968 Qui a tué Fanny hand ? (Killer, adios) de Primo Zeglio
1968 Pour un dollar, je tire de Osvaldo Civirani
1968 Le salaire de la haine de Ferdinando Baldi
1968 Le moment de tuer de Giuliano Carnimeo
1968 Le justicier du sud de Guido Celano
1968 L’Homme, l’orgueil et la vengeance de Luigi Bazzoni
1968 L’évadé de Yuma de Camillo Bazzoni
1968 Cinq gachettes d’or de Tonino Cervi
1968 Black Jack de Gianfranco Baldanello
1968 Autour de lui, que des cadavres de Leon Klimovsky
1968 Aujourd’hui ma peau… demain la tienne de Enzo G. Castellari
1968 Adios Caballero de Nick Nostro
1968 2 croix pour un implacable de Rafael Romero Marchent
1968 Pistolets pour un massacre de Umberto Lenzi
1968 Les colts brillent au soleil de Sergio Merolle
1968 Et maintenant, recommande ton âme à Dieu de Demofilo Fidani
1968 Avec Django, la mort est là de Antonio Margheriti
1968 Un train pour Durango de Mario Caiano
1968 Django ! Prépare ton cercueil de Ferdinando Baldi
1968 Belle Star Story de Piero Cristofani et Lina Wertmüller
1968 La bataille de San Sebastian de André Verneuil
1968 Django porte sa croix de Enzo G. Castellari
1968 Gringo joue et gagne de Umberto Lenzi
1968 Ringo ne devait pas mourir de Gianfranco Baldanello
1968 Une minute pour prier, une seconde pour mourir de Franco Giraldi
1968 Pas de pardon, je tue de Joaquin Luis Romero Marchent
1968 Les Pistoleros du Nevada de Rafael Romero Marchent
1968 Quand je tire c’est pour tuer de Giuseppe Vari
1968 Son nom crie vengeance de Mario Caiano
1968 Los Machos de Giovanni Fago
1968 El Mercenario de Sergio Corbucci
1968 Ciel de plomb de Giulio Petroni
1968 Tire Django, tire de Bruno Corbucci
1968 Le Grand Silence de Sergio Corbucci
1968 Poker d’as pour Django de Roberto Bianchi Montero
1968 Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone
1968 Tuez les tous, et revenz seul ! de Enzo G. Castellari
1969 Vengeance is mine de Julio Buchs et Lucio Fulci
1969 Un tueur nommé Luke de Giulio Petroni
1969 Les ravageurs de l’Ouest de Francesco Degli Espinosa
1969 Le fossoyeur de Giuliano Carnimeo
1969 Garringo de Rafael Romero Marchent
1969 El Puro, la rançon est pour toi de Edoardo Mulargia
1969, Django, ne prie pas de Mario Siciliano
1969 Ciakmull l’homme par qui la vengeance arrive de Enzo Barboni
1969 Antonio das mortes de Glauber Rocha
1969 O Cangaceiro de Giovanni Fago
1969 La chevauchée vers l’Ouest de Duccio Tessari
1969 Une corde, un colt de Robert Hossein
1969 Trois pour un massacre de Giulio Petroni
1969 I quattro del pater noster de Ruggero Deodato
1969 Deux fois traître de Nando Cicero
1969 Une longue file de croix de Sergio Garrone
1969 Pas de pitié pour les salopards de Giorgio Stegani
1969 Joe… cercati un posto per morire ! de Giuliano Carnimeo et Hugo Fregonese
1969 Cinq hommes armés de Don Taylor et Italo Zingarelli
1969 Les Pistoleros de l’Ave Maria de Ferdinando Baldi
1969 La horde des salopards de Sergio Garrone
1969 Les Quatre de l’Ave Maria de Giuseppe Colizzi
1969 Le justicier Zorro de Rafael Romero Marchent
1969 Avec Django ça va saigner de Paolo Bianchini
1969 Le Spécialiste de Sergio Corbucci
1969 Texas de Tonino Valerii
1969 La Colline des bottes de Giuseppe Colizzi
1970 Un homme nommé Apocalypse Joe de Leopoldo Savona
1970 Shango, la pistola infaillibile de Edoardo Mulargia
1970 Sartana dans la vallée des vautours de Roberto Maurizio
1970 Saranda de Manuel Esteban et Antonio Mollica
1970 Le goût de la vengeance de Mario Costa
1970 Killer amigo de Paolo Bianchini
1970 Django arrive… Préparez vos cercueils ! de Giuliano Carnimeo
1970 Django et Sartana de Demofilo Fidani
1970 Arriva Sabata ! de Tulio Demichli
1970 Arizona Kid de Luciano B. Carlos
1970 Clayon l’implacable de Paolo Bianchini
1970 Django contre Sartana de Demofilo Fidani
1970 Quand Satana empoigne le Colt de Rafael Romero Marchent
1970 Ni Sabata, ni Trinita de Juan Bosch
1970 Roy Colt et Winchester Jack de Mario Bava
1970 et… Sabata les tua tous de Rafal Romero Marchent
1970 Arizona se déchaîne de Sergio Martino
1970 Adios Sabata de Gianfranco Parolini
1970 L’or des braves de Giancarlo Romitelli
1970 Bonnes funérailles, amis, Sartana paiera de Giuliano Carnimeo
1970 Matalo ! de Cesare Canevari
1970 Django défie Sartana de Pasquale Squitieri
1970 Sartana, si ton bras gauche te gêne, coupe le de Demofilo Fidani et Diego Spataro
1970 Trinita voit rouge de Mario Camus
1970 Companeros de Sergio Corbucci
1970 On l’appelle Trinita de Enzo Barboni
1971 Viva Django ! de Edoardo Mulargia
1971 Priez les morts, tuez les vivants de Giuseppe Vari et Franco Villa
1971 Pour Django les salauds ont un prix de Luigi Batzella
1971 On l’appelle Spirito Santo de Giuliano Carnimeo
1971 Les âmes damnées du Rio Chico de Luigi Batzella
1971 Le colt du révérend de Leon Klimovsky
1971 La vengeance est un plat qui se mange froid de Pasquale Spiteri
1971 Condenados à vivir de Demofilo Fidani
1971 Avec Ringo… Arrive le temps du massacre de Mario Pinzauti
1971 Allons tuer Sartana de Mario Pinzauti
1971 Acquasanta Joe de Mario Gariazzo
1971 Abattez Django le premier de Sergio Garrone
1971 Blindman, le justicier aveugle de Ferdinando Baldi
1971 Su le mani, cadavere! Sei in arresto de Leon Klimovsky
1971 Une aventure de Billy le Kid de Luc Moullet
1971 Le Juge de Jean Girault et Federico Chentrens
1971 Le Déserteur de Niksa Fulgozi et Burt Kennedy
1971 …e lo chiamarano Spirito Santo de Roberto Mauri
1971 Creuse ta fosse Garringo, Sabata revient ! de Juan Bosch
1971 Pile je te tue, face tu es mort… On m’appelle Alléluia de Giuliano Carnimeo
1971 Nevada Kid de Demofilo Fidani
1971 On m’appelle King de Giancarlo Romitelli
1971 Whity de Rainer Werner Fassbinder
1971 Les charognards de Don Medford
1971 Le retour de Sabata de Gianfranco Parolini
1971 Le jour du jugement de Mario Gariazzo et Robert Paget
1971 La vengeance de Dieu de Lorenzo Gicca Palli
1971 Quand les colts fument… On l’appelle cimetière de Giuliano Carnimeo
1971 Captain Apache de Alexander Singer
1971 Il était une fois la révolution de Sergio Leone
1971 Black Killer de Carlo Croccolo
1971 Les 4 mercenaires d’El Paso de Eugenio Martin
1971 Les Pétroleuses de Christian Jacque
1971 Macho Callaghan se déchaîne de Demofilo Fidani
1972 Une raison pour vivre, une raison pour mourir de Tonino Valerii
1972 Te Deum de Enzo G. Castellari
1972 On m’appelle Providence de Giulio Petroni
1972 Méfie toi Ben, Charlie veut ta peau de Michele Lupo
1972 Le colt était son dieu de Luigi Batzella
1972 Durango encaisse ou tue de Roberto Montero
1972 Bounty Killer à Trinita de Oskar Faradine
1972 Au-delà de la haine de Alessandro Santini
1972 Alléluia défie l’ouest de Giuliano Carnimeo
1972 2 frères appelés Trinita de Renzo Genta
1972 Les Aventures Galantes de Zorro de Gilbert Roussel
1972 Gringo, les aigles creusent ta tombe de Juan Bosch
1972 Il était une fois à El Paso de Roberto Bianchi Montero
1972 Amigo mon colt a deux mots à te dire de Maurizio Lucidi
1972 Dépêche-toi Sartana, je m’appelle Trinita ! de Mario Siciliano
1972 Je signe avec du plomb… Garringo de Juan Bosch
1972 Les Brutes dans la ville de Robert Parrish et Irving Lerner
1972 Mon cheval, mon pistolet, ta veuve de Juan Bosch
1972 Far West Story de Sergio Corbucci
1972 Il n’y a plus de saints au Texas de Juan Bosch
1972 Miss Dynamite de Sergio Grieco
1972 L’Appel de la forêt de Ken Annakin
1972 Mais qu’est-ce que je viens foutre au milieu de cette révolution ? de Sergio Corbucci
1972 Le Grand Duel de Giancarlo Santi
1973 Storia di karate’, pugni e fagioli de Tonino Ricci
1973 Sentivano uno strano, eccitante pericoloso puzzo di dollari de Italo Alfaro
1973 Requiem pour un tueur de Mario Bianchi
1973 Poker d’as pour un gringo de Mario Bianchi
1973 Partirono preti… Tornarono curati ! de Bianco Manini
1973 Los Amigos de Paolo Cavara
1973 Lo chiamavano Tresette… Giocava sempre col morto de Giuliano Carnimeo
1973 Les Apaches de Gottfried Kolditz
1973 La longue chevauchée de la vengeance de Amerigo Anton
1973 La charge des diables de Giuseppe Rosati
1973 E il terzo giorno arrivo’ il corvo de Gianni Crea
1973 Dieci bianchi uccisi da un piccolo indiano de Gianfranco Baldanello
1973 Des dollars plein la gueule de Mario Bianchi
1973 Croc-Blanc de Lucio Fulci
1973 Ci risiamo, vero Provvidenza ? de Alberto De Martino
1973 Winchester, kung fu et karaté de Yeung Man-Yi
1973 Les colts au soleil de Peter Collinson
1973 Et vive la révolution de Duccio Tessari
1973 Dans la poussiere du soleil de Richard Balducci
1973 Charley le borgne de Don Chaffey
1973 Et maintenant on l’appelle El Magnifico de Enzo Barboni
1973 Chino de John Sturges
1973 Les rangers défient les karatékas de Bruno Corbucci
1973 Die blutigen Geier von Alaska de Harald Reinl
1973 Mon nom est personne de Tonino Valerii
1973 Kid il monello del west de Tonino Ricci
1973 Mon nom est Shangaï Joe de Mario Caiano
1974 Whisky e fantasmi de Antonio Margheriti
1974 Trinita, une cloche, une guitare de Franz Antel
1974 Le tigre de la rivière Kwaï de Franco Lattanzi
1974 Le Retour de Croc-Blanc de Lucio Fulci
1974 Di Tresette ce n’e’ uno tutti gli altri son nessuno de Giuliano Carnimeo
1974 Che botte, ragazzi ! de Bitto Albertini
1974 La Brute, le Colt et le Karaté de Antonio Margheriti
1975 Mon nom est Trinita de Ferdinando Baldi
1975 La pazienza ha un limite… Noi no ! de Franco Ciferri
1975 Bill Cormack le fédéré de Joe D’Amato
1975 L’arrière-train sifflera trois fois de Jean-Marie Pallardy
1975 Le blanc, le jaune et le noir de Sergio Corbucci
1975 Les Filles du Golden Saloon de Gilbert Roussel
1975 Cipolla Colt de Enzo G. Castellari
1975 La Chevauchée terrible de Antonio Margheriti
1975 Un génie, deux associés, une cloche de Damiano Damiani
1975 Pendez-le par les pieds de Ferdinando Baldi
1976 Une fille nommée Apache de Giorgio Mariuzzo
1976 Les Impitoyables de Gianfranco Parolini
1976 Keoma de Enzo G. Castellari
1977 Mannaja, l’homme a la hache de Sergio Martino
1977 Adios California de Michele Lupo
1978 China 9 Liberty 37 de Monte Hellman et Tony Brandt
1978 Sella d’argento de Lucio Fulci
1979 Eagle’s Wing de Anthony Harvey
1980 Sabor a sangre de Mario Hernandez
1981 On m’appelle Malabar de Michele Lupo
1982 Western de Ferdinando Baldi
1982 El extraño hijo del Sheriff de Fernando Duran Rojas
1985 Tex et le seigneur des abysses de Duccio Tessari
1987 Scalps de Bruno Mattei et Claudio Fragasso
1987 Le grand retour de Django de Nello Rossati
1987 Bianco Apache de Bruno Mattei et Claudio Fragasso
1993 Jonathan des ours de Enzo G. Castellari
1994 Petit papa baston de Terence Hill
2004 800 Balles de Alex de la Iglesia

Vidéos

Les films du genre disponibles