Présentation du genre

Le giallo trouve ses origines dans la littérature policière. En Italie, les éditions Mondadori ont choisi la couleur jaune (giallo en italien) pour la couverture des romans policiers.

A la fin des années 1960 et au début des années 1970 , l’Italie traverse une période d’instabilité politique et de violence quotidienne que l’on appellera les années de plomb. C’est dans ce contexte violent que le giallo fait son apparition sur les écrans de cinéma en 1963 avec La fille qui en savait trop de Mario Bava, dont le titre rend hommage à Alfred Hitchcock. Ce titre n’est pas anodin dans le sens où les maîtres du giallo ont été influencés par les films d’Hitchcock. On retrouve dans les gialli plusieurs éléments rappelant les films du maître du suspense : les fausses pistes menant au faux coupable, la manipulation des personnages et des spectateurs, l’intrigue basée sur le whodunit (qui l’a fait?).

Le giallo n’est pas seulement connu pour ses intrigues policières et ses histoires violentes, il est aussi connu pour son aspect érotique qui s’explique par le contexte social de l’époque. En effet, le 1er Décembre 1970, le divorce est enfin légalisé en Italie dans un contexte de libération sexuelle.

Tous les films du genre

1963 : La Fille qui en savait trop (La Ragazza che sapeva troppo) de Mario Bava
1963 : Le Corps et le Fouet (La Frusta e il corpo) de Mario Bava
1964 : Six femmes pour l’assassin de Mario Bava
1966 : Murder Clinic de Elio Scardamaglia
1968 : La Mort a pondu un œuf (La Morte ha fatto l’uovo) de Giulio Questi
1968 : Le tueur frappe trois fois (La morte non ha sesso) de Massimo Dallamano
1968 : L’adorable corps de Deborah de Romolo Guerrieri
1968 : Naked you die (Nude… si muore) de Antonio Margheriti
1969 : Pervertion Story – La Machination (Una sull’altra) de Lucio Fulci
1969 : Si douces, si perverses (Così dolce… così perversa) de Umberto Lenzi
1970 : L’Île de l’épouvante (Cinque bambole per la luna d’agosto) de Mario Bava
1970 : L’Oiseau au plumage de cristal de Dario Argento
1970 : Photo interdite d’une bourgeoise de Luciano Ercoli
1970 : Une hache pour la lune de miel (Il rosso segno della follia) de Mario Bava
1971 : Carole/Le venin de la peur de Lucio Fulci
1971 : Je suis vivant (La corta notte delle bambole di vetro) de Aldo Lado
1971 : Journée noire pour un bélier (Giornata nera per l’ariete) de Luigi Bazzoni
1971 : La Baie sanglante (Reazione a catena) de Mario Bava
1971 : La Queue du scorpion (La coda dello scorpione) de Sergio Martino
1971 : La Tarantule au ventre noir (La Tarantola dal ventre nero) de Paolo Cavara
1971 : Le Chat à neuf queues (Il Gatto a nove code) de Dario Argento
1971 : Les Insatisfaites Poupées érotiques du docteur Hitchcock de Fernando Di Leo
1971 : L’Étrange Vice de madame Wardh de Sergio Martino
1971 : L’Iguane à la langue de feu de Riccardo Freda
1971 : Nuits d’amour et d’épouvante de Luciano Ercoli
1971 : Plus venimeux que le cobra de Adalberto Albertini
1971 : Quatre mouches de velours gris de Dario Argento
1971 : Cran d’arrêt (Farfalla con le ali insanguinate) de Duccio Tessari
1972 : Amuck (Alla ricerca del piacere) de Silvio Amadio
1972 : Folie meurtrière (Mio caro assassino) de Tonino Valerii
1972 : Knife of Ice (Il Coltello di ghiaccio) d’Umberto Lenzi
1972 : La dame rouge tua sept fois d’Emilio Miraglia
1972 : L’Alliance invisible (Tutti i colori del buio) de Sergio Martino
1972 : La Longue Nuit de l’exorcisme (Non si sevizia un paperino) de Lucio Fulci
1972 : La mort caresse à minuit de Luciano Ercoli
1972 : Les Rendez-vous de Satan de Giuliano Carnimeo
1972 : Le Tueur à l’orchidée (Sette orchidee macchiate di rosso) d’Umberto Lenzi
1972 : L’Œil du labyrinthe (L’Occhio nel Labirinto) de Mario Caiano
1972 : Mais qu’avez-vous fait à Solange ? de Massimo Dallamano
1972 : Qui l’a vue mourir (Chi l’ha vista morire?) d’Aldo Lado
1972 : Ton vice est une chambre close dont moi seul ai la clé  de Sergio Martino
1973 : House Of Psychotic Women de Carlos Aured
1973 : La mort a souri à l’assassin de Joe D’Amato
1973 : Torso de Sergio Martino
1974 : Eyeball (Gatti rossi in un labirinto di vetro) d’Umberto Lenzi
1974 : La Lame infernale de Massimo Dallamano
1974 : L’Homme sans mémoire (L’uomo senza memoria) de Duccio Tessari
1974 : Spasmo (en) (Spasmo) d’Umberto Lenzi
1974 : The Killer Reserved Nine Seats de Giuseppe Bennati
1974 : The Perfume of the Lady in Black de Francesco Barilli
1975 : Frissons d’horreur (Macchie sola) de Armando Crispino
1975 : Les Frissons de l’angoisse (Profondo rosso) de Dario Argento
1975 : Strip Nude for your Killer (Nude per l’assassino) de Andrea Bianchi
1975 : The Killer Must Kill Again de Luigi Cozzi
1976 : La Maison aux fenêtres qui rient de Pupi Avati
1977 : Il Mostro de Luigi Zampa
1977 : L’Emmurée vivante (Sette note in nero) de Lucio Fulci
1977 : Watch Me When I Kill (Il gatto dagli occhi di giada) de Antonio Bido
1978 : Terreur sur la lagune (Solamente nero) de Antonio Bido
1978 : Violez les otages ! de Giovanni Brusadori
1982 : L’Éventreur de New York (Lo squartatore di New York) de Lucio Fulci
1982 : Crime au cimetière étrusque de Sergio Martino
1982 : Ténèbres (Tenebre) de Dario Argento
1984 : Murder Rock (Murderock – uccide a passo di danza) de Lucio Fulci
1985 : Phenomena de Dario Argento
1986 : Midnight horror (Morirai a mezzanotte) de Lamberto Bava
1986 : Le couteau sous la gorge de Claude Mulot
1987 : Bloody Bird (Deliria) de Michele Soavi
1987 : Delirium (Le foto di Gioia) de Lamberto Bava
1987 : Opéra de Dario Argento
1993 : Trauma de Dario Argento
1996 : Le Syndrome de Stendhal (La sindrome di Stendhal) de Dario Argento
2001 : Le Sang des innocents (Non ho sonno) de Dario Argento
2009 : Amer de Hélène Cattet et Bruno Forzani (hommage au giallo)
2009 : Imago mortis de Stefano Bessoni
2010 : Blackaria (Glam Gore 2) de Christophe Robin et François Gaillard
2010 : Last Caress (Glam Gore) de Christophe Robin et François Gaillard
2011 : Masks de Andreas Marschall
2014 : L’Étrange Couleur des larmes de ton corps de Bruno Forzani
2015 : Francesca de Luciano Onetti

Vidéos

Les films du genre disponibles