lucio-fulci
  • 17 juin 1927
  • Rome, Italie
  • Italienne

Biographie

Après des études de médecine, Lucio Fulci opte pour une carrière cinématographique et étudie au Centro Sperimentale di Cinematografia de Rome. Il est l’assistant-réalisateur de Marcel L’Herbier pour le film Les Derniers Jours de Pompéi, avant d’amorcer une longue collaboration avec le réalisateur Steno, alias Stephano Vanzina, dont il sera assistant puis scénariste. Pour Steno, il écrit de nombreuses comédies dont L’Homme, la bête et la vertu (d’après Pirandello), Un Americano a Roma (en) avec Alberto Sordi et plusieurs films avec Totò. Totò sera également la vedette du premier film réalisé par Fulci, I Ladri (it), en 1959. Le film à petit budget ne remporte pas le succès. Fulci enchaine avec Ragazzi del Juke-Box (en) une comédie musicale qui reçoit un accueil beaucoup plus encourageant.

Pendant les années 1960, Fulci réalise plusieurs films mettant en vedette le tandem comique de Franco Franchi et Ciccio Ingrassia. Peu à peu, il prend ses distances avec le duo et aborde plusieurs genres : le western (Le Temps du massacre), la comédie policière (Au Diable les anges (en)), le mélodrame historique (Liens d’amour et de sang, qui connaît un échec commercial), le film d’aventure pour adolescent (Croc-Blanc, qui à l’inverse est un bon succès). Mais c’est surtout dans le domaine du giallo que Fulci s’illustre de plus en plus avec des films comme Perversion Story, Le Venin de la peur, La Longue Nuit de l’exorcisme et L’Emmurée vivante. Ces giallo sont à la fois des succès commerciaux et des sources de controverse dans leur représentation de la violence et de la religion.

En 1971, dans le film « Le venin de la peur » (Una lucertola con la pelle di donna), de Lucio Fulci, la scène de vivisection sur des chiens, où figurent des cœurs encore palpitants provoque un scandale. La séquence est tournée de façon si réaliste qu’elle apparaît comme vraie. La justice italienne était prête à poursuivre le réalisateur pour cruauté envers les animaux. Lucio Fulci évite deux années de prison grâce à l’intervention du concepteur des effets spéciaux, Carlo Rambaldi qui présente au jury pour preuve, les chiens du film : de simples marionnettes1.

En 1979, il réussit sa percée internationale avec L’Enfer des zombies, un film de zombie extrêmement sanglant fait pour profiter de la popularité de Zombie (Dawn of the Dead, 1978), sorti en Europe sous le nom de Zombie (ce film n’est pas lié à la série de films de George A. Romero). Il continue avec quelques contes classiques d’horreur et de surnaturel, nombre d’entre eux faisant intervenir des zombies, qui sont largement considérés comme étant parmi les films les plus sanglants jamais faits. L’Au-delà (1981), sorte de long poème gore, baroque et onirique faisant référence au surréalisme, demeure objectivement le point d’orgue de la filmographie de Lucio Fulci. Au sommet de sa célébrité et de sa popularité, il est à égalité avec son contemporain italien Dario Argento. Ses films restent généralement dénigrés par le grand public, qui considère son œuvre comme étant de la pure exploitation, mais il est immédiatement adulé par les fans d’horreur, et plus tard une grande partie de son œuvre commence à être appréciée en tant qu’œuvre pionnière.

Après 1982, sa carrière est considérée comme moins glorieuse pour Fulci, ce dernier souffrant de problèmes personnels et de santé, et marque pour beaucoup un déclin dans la qualité de son œuvre. Pourtant, des films comme Le Miel du Diable, Soupçons de Mort et Voix profondes connaissent de plus en plus de défenseurs. Son dernier film sera Le Porte del Silenzio (en), inédit en France. Sa mort en 1996 est restée obscure : il n’a pas pris son insuline pour traiter son diabète et meurt cette nuit-là. Certains suggèrent qu’il s’agissait d’un suicide. Au moment de son décès, Fulci se préparait à réaliser Le Masque de cire. Ce drame d’horreur aurait été la première collaboration entre Fulci et Dario Argento, producteur du film. À la suite du décès de Fulci, c’est Sergio Stivaletti (it) qui signera la mise-en-scène. Le film est dédié à Lucio Fulci.

Connu pour…

01
02
03
04
05
06

Filmographie complète

1959 I Ladri
1959 Ragazzi del Juke-Box
1960 Urlatori alla sbarra
1962 Colpo gobbo all’italiana
1962 I Due della legione straniera
1962 Les Faux Jetons (Le Massaggiatrici)
1963 Strano tipo, Uno
1963 Gli Imbroglioni
1964 I Maniaci
1964 I Due evasi di Sing Sing
1964 002 agenti segretissimi
1964 I Due pericoli pubblici
1965 Come inguaiammo l’esercito
1965 002 operazione Luna (en)
1965 I 2 parà
1966 Come svaligiammo la banca d’Italia
1966 Le Temps du massacre
1967 Come rubammo la bomba atomica
1967 Il Lungo, il corto, il gatto
1967 Au diable les anges
1969 Pervertion Story – La Machination
1969 Beatrice Cenci
1971 Le Venin de la peur
1972 Les femmes du député
1972 La Longue Nuit de l’exorcisme
1973 Croc-Blanc
1974 Le Retour de Croc Blanc
1975 4 de l’apocalypse
1975 Il Cav. Costante Nicosia demoniaco, ovvero: Dracula in Brianza
1976 On a demandé la main de ma sœur
1977 L’Emmurée vivante
1978 Sella d’argento
1979 L’Enfer des zombies
1980 La Guerre des gangs
1980 Frayeurs
1981 Le Chat noir
1981 L’Au-delà
1981 La Maison près du cimetière
1982 L’Éventreur de New York
1982 La Malédiction du pharaon
1983 Conquest
1984 2072, les mercenaires du futur
1984 Murderock – Uccide a passo di danza
1986 Le Miel du diable
1987 Aenigma
1988 Soupçons de mort
1988 Les Fantômes de Sodome
1988 Zombi 3
1989 La Dolce casa degli orrori (TV)
1989 La Casa nel tempo (TV)
1990 Hansel et Gretel (coréalisé par Giovanni Simonelli)
1990 Nightmare Concert
1990 Demonia
1991 Voix profondes
1991 Le Porte del Silenzio

Vidéos