Présentation du genre

Le néo-polar italien, connu sous le nom de polar bis italien ou poliziottesco / poliziesco all’italiana dans la langue originale, a été un genre cinématographique italien en vogue entre les années 1970 et le début des années 1980. Sa thématique repose sur des enquêtes policières concernant la plupart du temps des faits divers de l’époque, celles-ci étant traitées sur un mode emphatique, démagogique ou comique.
La différence stylistique entre le néo-polar italien et le film noir réside dans la prédominance de l’action et de la violence, toutes deux plutôt exacerbées et explicites. En outre, le titre évoque plutôt des films où l’on parle de policiers et de leurs goût pour la vengeance que de films avec un happy-end rassurant où la loi a le dernier mot. Cette orientation est courante dans les néo-polars de l’époque.
Le néo-polar italien est donc un sous-genre fait d’un mélange de genres dit « adulte » : le film noir et le film d’horreur, souvent avec une touche non négligeable de gore (genre à son apogée en Italie à la fin des années 60), illustré par des auteurs comme Mario Bava) et le western spaghetti revisité dont les metteurs en scène et les acteurs sont les transfuges. Le milieu urbain est le décor principal, commun à tous ces films, et renvoie directement à une certaine vision du Far-West.
D’un autre côté, le néo-polar italien doit beaucoup à la peinture de la société italienne portée à l’écran par des auteurs comme Damiano Damiani et Elio Petri. Au cours de son développement, le courant du néo-polar s’est mêlé à d’autres genres populaires. En particulier, très vite, sont apparues les autoparodies, en créant ainsi un courant comico-grotesque.
Ce cinéma qu’on définit aujourd’hui, d’une manière très vague, par le terme trash a pour figure emblématique Er’ Monnezza (en dialecte romanesco, « L’Ordure ») interprété par Tomás Milián, seul à réussir, parmi tous les acteurs qui jouèrent dans les premiers néo-polar dramatiques, à camper le personnage du délinquant (avec un bon fond) et celui du commissaire balourd.

La genèse du néo-polar italien est liée principalement à un des genres le plus fécond du monde cinématographique, le policier. Tout commence, probablement, par un petit film de Carlo Lizzani en 1968, Bandits à Milan, avec Tomás Milián dans le rôle d’un commissaire violent et intransigeant. Mais le genre perce vraiment avec La polizia ringrazia de Steno et est codifié définitivement avec Le témoin à abattre (La polizia incrimina, la legge assolve), de Enzo G. Castellari. Le genre atteint sa plénitude avec le personnage du commissaire Betti, interprété par Maurizio Merli.

La plupart de ces films sont empreints politiquement d’une bonne dose de je-m’en-foutisme même si, çà et là, des idées de la gauche et de la droite, sont présentes. Les protagonistes sont presque toujours des anti-héros, des inadaptés et même des racistes mais avec une part de générosité sincère et un indéniable dévotion pour la force. Policiers anarchisants, avec plus le sens de l’honneur que de la loi, souvent sur le même plan que les délinquants (et les terroristes) qui ensanglantaient les routes d’Italie dans les Années de plomb. Comme de vrais moralistes, ils font une distinction entre celui qui vole pour vivre et celui qui fait du tort aux autres, et ils arrivent à tolérer les premiers. Le néo-polar italien parlait de ces temps sombres que vivait l’Italie à cette époque et ses thèmes sont encore d’actualité aujourd’hui. Les metteurs en scène qui se sont distingués dans ce genre sont principalement Fernando Di Leo, Enzo G. Castellari, Umberto Lenzi et Stelvio Massi

Tous les films du genre

Les films précurseurs des Poliziottesco

1959 Meurtre à l’italienne (Un maledetto imbroglio) de Pietro Germi
1961 Armi contro la legge (Armas contra la ley) de Ricardo Blasco
1961 Caccia all’uomo de Riccardo Freda
1965 Fango sulla metropoli – Criminali della metropoli de Henry Wilson
1966 1 000 000 de dollars pour 7 assassinats de Umberto Lenzi
1967 Le gros coup du caméléon (Colpo doppio del camaleonte d’oro) de Giorgio Stegani
1967 Omicidio per appuntamento de Mino Guerrini
1967 Ray Master, l’inafferrabile de Vittorio Sala
1968 Rome comme Chicago de Alberto de Martino
1968 Banditi a Milano de Carlo Lizzani
1968 La legge dei gangsters de Siro Marcellini
1968 Gangster ’70 de Mino Guerrini
1968 Echec à la mafia (Scacco alla mafia) de Lorenzo Sabatini
1968 Tutto sul rosso de Aldo Florio
1968 Un corpo caldo per l’inferno de Franco Montemurro
1970 La morte risale a ieri sera de Duccio Tessari
1970 Un detective de Romolo Guerrieri
1971 Concerto per pistola solista de Michele Lupo
1971 Confessione di un commissario di polizia al procuratore della Repubblica de Damiano Damiani
1971 L’uomo dagli occhi di ghiaccio de Alberto De Martino

Les Poliziottesco

1972 7 cadaveri per Scotland Yard de José Luis Madrid
1972 Abuso di potere de Camillo Bazzoni
1972 Le nouveau boss de la mafia (I familiari delle vittime non saranno avvertiti) de Alberto De Martino
1972 Milano calibro 9 de Fernando Di Leo
1972 La polizia ringrazia de Steno
1972 Passeport pour deux tueurs (La mala ordina) de Fernando Di Leo
1973 Le boss (Il boss) de Fernando Di Leo
1973 Rue de la violence (Milano trema: la polizia vuole giustizia) de Sergio Martino
1973 No, il caso è felicemente risolto de Vittorio Salerno
1973 L’onorata famiglia – Uccidere è cosa nostra de Tonino Ricci
1973 La polizia è al servizio del cittadino? de Romolo Guerrieri
1973 Le Témoin à abattre (La polizia incrimina, la legge assolve) de Enzo G. Castellar
1973 La Poursuite implacable (Revolver) de Sergio Sollima
1973 Piège pour un tueur (Si può essere più bastardi dell’ispettore Cliff ?) de Massimo Dallamano
1973 La guerre des gangs (Milano rovente) de Umberto Lenzi
1974 Un citoyen se rebelle de Enzo G. Castellari
1974 La rançon de la peur (Milano odia: la polizia non può sparare) de Umberto Lenzi
1974 La lame infernale (La polizia chiede aiuto) de Massimo Dallamano
1974 Les suspects (La polizia indaga: siamo tutti sospettati) de Michel Wyn
1974 Squadra volante de Stelvio Massi
1974 Un uomo, una città de Romolo Guerrieri
1974 Uomini duri de Duccio Tessari
1975 …a tutte le auto della polizia de Mario Caiano
1975 La polizia accusa: il Servizio Segreto uccide de Sergio Martino
1975 Colère noire (La città sconvolta: caccia spietata ai rapitori) de Fernando Di Leo
1975 Un flic voit rouge (Mark il poliziotto) de Stelvio Massi
1975 Justice sans sommation (Mark il poliziotto spara per primo) de Stelvio Massi
1975 Tireur d’élite (La polizia interviene: ordine di uccidere!) de Giuseppe Rosati
1975 Rome violente (Roma violenta) de Franco Martinelli
1975 Vai gorilla de Tonino Valerii
1975 Roma drogata : la polizio non puo intervenire de Lucio Marcaccini
1975 Morte sospetta di una minorenne de Sergio Martino
1976 Big Racket de Enzo G. Castellari
1976 Opération jaguar (Italia a mano armata) de Marino Girolami
1976 Uomini si nasce poliziotti si muore de Ruggero Deodato
1976 La peur règne sur la ville (Paura in città) de Giuseppe Rosati
1976 Magnum 44 spécial (La legge violenta della squadra anticrimine) de Stelvio Massi
1976 L’ombre d’un tueur d’Antonio Margheriti
1976 Calibre 44 agent très spécial (Mark colpisce ancora) de Stelvio Massi
1976 Terror Commando (Milano violenta) de Mario Caiano
1976 Opération casseurs (Napoli violenta) de Umberto Lenzi
1976 MKS…118… (Poliziotti violenti) de Michele Massimo Tarantini
1976 Section de choc (Quelli della calibro 38) de Massimo Dallamano
1976 Brigade spéciale (Roma a mano armata) de Umberto Lenzi
1976 Bracelets de sang de Umberto Lenzi
1976 Roma: l’altra faccia della violenza de Franco Martinelli
1976 Assaut sur la ville (Napoli spara!) de Mario Caiano
1976 Le Clan des pourris (Il trucido e lo sbirro) de Umberto Lenzi
1977 Le Cynique, l’Infâme et le Violent (Il cinico, l’infame, il violento) de Umberto Lenzi
1977 Action immédiate de Enzo G. Castellari
1977 Ultime violence (La belva col mitra) de Sergio Grieco
1977 Échec au gang (La banda del gobbo) de Umberto Lenzi
1977 L’exécuteur vous salue bien (La banda del trucido) de Stelvio Massi
1977 La malavita attacca… la polizia risponde! de Mario Caiano
1977 Calibre magnum pour l’inspecteur (Napoli si ribella) de Michele Massimo Tarantini
1977 Équipe spéciale (La polizia è sconfitta) de Domenico Paolella
1977 Casse gueule (Poliziotto sprint) de Stelvio Massi
1977 Le justicier défie la ville (Torino violenta) de Carlo Ausino
1978 Il commissario di ferro de Stelvio Massi
1978 Un flic explosif (Un poliziotto scomodo) de Stelvio Massi
1979 Cible pour un tueur (Bersaglio altezza uomo) de Guido Zurli
1979 Les contrebandiers de Santa Lucia (I contrabbandieri di Santa Lucia) de Alfonso Brescia
1979 Corleone a Brooklyn de Umberto Lenzi
1979 I guappi non si toccano de Mario Bianchi
1979 Napoli… la camorra sfida e la città risponde de Alfonso Brescia
1979 La cité du crime (Sbirro, la tua legge è lenta… la mia no!) de Stelvio Massi
1980 L’avvertimento de Damiano Damiani
1980 Cobra (Il giorno del Cobra) de Enzo G. Castellari
1980 La guerre des gangs de Lucio Fulci
1983 Copkiller (Copkiller – L’assassino dei poliziotti) de Roberto Faenza

Les Poliziottesco comiques

1974 Un flic hors la loi (Piedone lo sbirro) de Steno
1975 Malabar explose à Hong-Kong (Piedone a Hong Kong) de Steno
1976 Police en jean (Squadra antiscippo) de Bruno Corbucci
1976 Squadra antifurto de Bruno Corbucci
1977 Deux super-flics (I 2 superpiedi quasi piatti) de E. B. Clucher (Enzo Barboni)
1977 Nico l’arnaqueur (Squadra antitruffa) de Bruno Corbucci
1978 Inspecteur Bulldozer (Piedone l’africano) de Steno
1978 Brigade anti-mafia (Squadra antimafia) de Bruno Corbucci
1979 Brigade antigangsters (Squadra antigangsters) de Bruno Corbucci
1980 Delitto a Porta Romana de Bruno Corbucc
1980 Pied-plat sur le Nil (Piedone d’Egitto) de Steno
1981 Delitto al ristorante cinese de Bruno Corbucci
1982 Malabar à Miami (Cane e Gatto) de Bruno Corbucci
1982 Delitto sull’autostrada de Bruno Corbucci
1983 Delitto in Formula Uno de Bruno Corbucci
1984 Pas folle le flic ! (Delitto al Blue Gay) de Bruno Corbucci

Les Poliziottesco tardifs

1987 La fanciulla che ride de Steno
1987 Polizza droga de Steno
1990 Cop Target de Umberto Lenzi
1992 Grosso guaio a Miami de Alessandro Capone
1993 Due detective per una bambina de Alessandro Capone
1993 Io sto con gli indiani de Alessandro Capone
1993 Occhio al ninja, Jack! de Alessandro Capone

Vidéos

Les films du genre disponibles